Formulaire de recherche

Osez Bordeaux
fr | en
  • Accueil
  • Bring It To Me invente la livraison sociale et solidaire

Bring It To Me invente la livraison sociale et solidaire

La jeune start-up bordelaise Bring It To Me inaugure le "transport à vélo d'objets légers" et se fait connaître en proposant 700 courses gratuites à des personnes immobilisées.

Stéphan Lopez et Bertrand Doucet © Adèle Tanguy
Stéphan Lopez et Bertrand Doucet © Adèle Tanguy

Génération 2.0

A 25 et 26 ans, Stéphan Lopez et Bertrand Doucet viennent d'ajouter un nouveau titre au foisonnant répertoire des jobs issus du numérique : le coursier social et solidaire.
Après des études commerciales, qui signent leur rencontre en 2009, ces deux jeunes Bordelais travaillent un temps chacun de leur côté. Tenté par l'entrepreneuriat, Bertrand se partage entre un emploi dans une entreprise d'éclairage LED, et une expérience de coursier chez l'un des pionniers de la livraison de repas à vélo : "Une façon idéale d'explorer de l'intérieur un secteur économique en plein boom... et de connaître Bordeaux par coeur".
Là, l'idée de Bring It To Me fait tilt : "Etendre le service de livraisons à bicyclette à autre chose que les repas". En tandem avec Stephan, il se jette dans l'aventure : "Notre chance ? Vivre dans une ville dotée d'un écosystème numérique performant, qui permet d'être accompagné pas à pas. Sans le soutien d'1Kubator, notre projet n'aurait jamais pris forme".

Envol

C'est donc sous l'aile d'1kubator, incubateur hébergé par le quotidien Sud-Ouest, que Bring It To Me fait ses premiers pas en août 2016, avec pour rampe de lancement un partenariat avec des conciergeries locales et "le bouche à oreille relayé par les employés du Journal".
De 10h à 21h, week-ends inclus, 5 coursiers permanents (et si besoin 20 autres en renfort), se relaient aujourd'hui pour satisfaire les demandes des clients, "pour le moment, surtout des travailleurs un peu débordés" : "on récupère des médicaments, un pantalon au pressing ou des lentilles chez l'opticien... tout ce qui tient sur un vélo, hormis les animaux vivants et les substances illicites !". En moyenne, 30 à 50 livraisons par semaine, garanties en moins d'1 heure chrono et facturées 6,50€ la course, dont 5€ pour le coursier - "généralement des étudiants qui cherchent à arrondir leurs fins de mois... bref, de l'emploi solidaire !".

Campagne solidaire

En matière de communication, Bring It To Me mise là encore sur la solidarité : la jeune pousse s'apprête à offrir 700 courses gratuites à des personnes privées de mobilité (sujets âgés ou invalides, familles avec enfant hospitalisé...), sélectionnées avec l'appui d'associations locales telles Aidomi, acteur clé de l'aide à domicile - "une piste à creuser pour la suite, si l'expérience est concluante".
Pour financer l'opération, une levée de fonds est en cours sur la plateforme participative sokengo.fr (avec des compensations pour les dons à partir de 50€, dont une vingtaine de bouteilles de vin offertes par Bernard Magrez). La barre des 2 000€, soit 50 % de l'objectif visé, a été franchie il y a peu.
D'ici 2 mois, une fois son interface numérique et sa grille de tarifs peaufinées, Bring It To Me élargira son champ d'action aux professionnels et proposera également à ses clients de se charger de leurs emplettes, grâce à un système de cartes prépayées.
Il sera alors temps de quitter le nid d'1Kubator, pour des locaux en propre : "Mais nous ne sommes pas inquiets", note Bertrand Doucet, "ayant sympathisé avec d'autres start-up, nous allons sûrement opter pour le coworking". Génération 2.0 oblige...