Formulaire de recherche

Osez Bordeaux
fr | en

Les différentes filières

chantier naval

Forte d’une dynamique de croissance continue, Bordeaux puise sa vitalité économique dans un large éventail de secteurs où s’incarnent la volonté d’entreprendre, l’esprit d’innovation et la recherche de l’excellence.

 

Nautisme et métiers du fleuve

Autour de son fleuve reconquis, Bordeaux développe et fédère un ensemble d’activités diverses telles que la construction et la réparation navale, le tourisme fluvial, la plaisance, l’accueil de paquebots de croisière ou encore la production d’énergie renouvelable.

Repère phare de la glisse, Bordeaux et sa région occupent une place de choix dans la construction nautique, avec 170 établissements et plus de 1 600 emplois concernés. La présence des prestigieuses Constructions Navales de Bordeaux (CNB) et de Guy Couach, une des plus grandes sociétés de fabrication de yachts en France, ont attiré sur le territoire aquitain des activités connexes telles que la réparation navale, les services associés à la navigation, l’électronique et l’informatique marine, ou l’aménagement intérieur. Un essor ayant lui-même favorisé l’implantation d’équipementiers mondiaux comme Furuno.

2013 marque la concrétisation d’un projet soutenu conjointement par le Grand port maritime de Bordeaux et un cluster d’entreprises : la création d’une activité de «refit» dans les Bassins à flot et à Bassens, dont les trois formes de radoub sont capables d’accueillir des navires de grande taille. Une perspective prometteuse en termes d’emplois : avec une flotte estimée à 5000 navires dans le monde, la remise en état des grands yachts de plaisance constitue un marché en forte croissance.

L’emblématique territoire des Bassins à flot a également accueilli en septembre 2012 la première édition de Bordeaux Nautic, un rendez-vous désormais incontournable.
La navigation de plaisance offre à la cité bordelaise d’importantes ressources en termes de tourisme fluvial et maritime, les paquebots de croisière étant autorisés à pénétrer dans le port de la lune - deuxième port d’escale de la façade atlantique, avec une progression de 50% entre 2011 et 2012.
Autre potentiel économique généré par le fleuve, l’énergie hydrolienne (produite par les courants marins) est une énergie d’avenir dont la filière se structure rapidement. Courant 2012, le premier site expérimental pour hydroliennes en milieu estuarien a vu le jour à Bordeaux. Un investissement de 2 millions €. Installé au niveau du pont de pierre, il permet aux développeurs et industriels de France et du monde entier de tester les machines avant leur lancement sur le marché international.
Le projet, dit SEENEOH® Bordeaux (Site Expérimental Estuarien National pour l’Essais et l’Optimisation d’Hydroliennes) a été, dès 2010, intégré au projet de plateforme nationale pour les énergies marines renouvelables pilotée par IFREMER et récemment labellisé Institut d’Excellence dans le domaine des Energies Décarbonées (IEED) : France Energies Marines.

Tourisme

Le tourisme fait les beaux jours de Bordeaux : sur les 5 dernières années, l’Office de Tourisme enregistre 35 % de visiteurs supplémentaires, un record historique de 1 888 634 nuitées commerciales en 2012 (+ 32 % depuis le classement de la ville au patrimoine mondial de l’Unesco), ainsi qu’une flambée de l’oenotourisme marquée par une hausse de fréquentation des vignobles de 82 %.

Cet engouement pour le plus grand vignoble de vins fins au monde, ouvert aux visites guidées 365 jours par an, laisse préfigurer quelque 400 000 visiteurs annuels pour la future Cité des Civilisations du Vin. Cité dont l’emblématique architecture sortira de terre d’ici 2015 : près de 10 000 m2 d'espace scénographique et des moyens technologiques inédits voués à l’exploration de l’ensemble des facettes du monde vinicole. Synonyme de fête, le vin est au centre de la grande manifestation oenotouristique de France Bordeaux Fête le Vin, qui tous les 2 ans réunit durant 4 jours sur les quais de la Garonne plus de 500 000 visiteurs.

Au même titre que le vin et la gastronomie, la qualité du patrimoine et du cadre de vie bordelais sont au coeur de l’enthousiasme suscité par la ville : plus grand centre urbain jamais inscrit au Patrimoine Mondial de l'Unesco, plus vaste secteur sauvegardé de France avec près de 350 sites classés ou inscrits aux Monuments Historiques, un grand théâtre, un auditorium, un orchestre national, des musées qui enregistrent plus de 400 000 entrées annuelles...

quai de bordeauxAutre ingrédient phare de cette « douceur de vivre » intimement liée à l’image de Bordeaux, l'attention portée au confort de ses usagers : Bordeaux est distinguée par le label d'excellence « Ville et territoire vélotouristiques » et celui de « ville accessible pour les personnes en situation de handicap  ». Les quelque 100 km de balade à pied qu’offrent la ville et ses alentours, et les atouts de sa situation géographique, lui valent par ailleurs un écotourisme florissant.

A cet essor continu du tourisme, répond une offre de 300 hébergements touristiques incluant 67 hôtels (5 étoiles, chambres d'hôtes de prestige dans des hôtels particuliers, camping international ...), pour près de 6 300 chambres au total. Bordeaux offre par ailleurs une accessibilité multimodale d'exception : un aéroport international figurant dans le top 5 des aéroports régionaux français, une infrastructure ferroviaire accueillant une moyenne 48 TGV par jour, un maillage routier et autoroutier qui met la capitale girondine à portée rapide de toutes les villes d'Aquitaine et des grandes régions économiques nationales. Sans oublier le Port de la Lune, deuxième port d’escale de la façade atlantique avec 250 escales de plaisance par an, qui accueille paquebots et yachts au coeur de la ville.

Mêlant charmes et performances, la cité bordelaise séduit également les businessmen. Avec un chiffre d’affaires annuel de plus de 400 M€, la métropole bordelaise et la Gironde s’affirment en effet comme une destination d’affaires de premier plan. Selon l’enquête de 2011 de l’ICCA (International Congress and Convention Association), Bordeaux se classe au deuxième rang des villes françaises hôtes de congrès internationaux, juste après Paris : 300 « manifestations d’affaires » par an, réunissant près d’1,5 million de visiteurs.

Commerce et artisanat

Riche d’une clientèle potentielle de trois millions d’habitants, la métropole bordelaise focalise 2/3 des achats effectués par les Girondins. Avec 410 000 m2 de surface de vente et 5 600 commerces (dont 1 700 dans le domaine luxe, de la culture et du loisirs), elle affiche un taux d’équipement commercial par habitant supérieur à la moyenne française. Le centre-ville de Bordeaux, fortement marqué par les boutiques d’équipement de la personne et de la maison, génère 820 millions de chiffre d’affaire par an et constitue ainsi le premier pôle commercial d’Aquitaine.

En matière d’artisanat, Bordeaux totalise 3 550 entreprises, soit 16% des entreprises locales.
Ces activités représentent 11000 emplois, 1/5 des créations d’entreprise, et leur nombre a enregistré une forte croissance, de l’ordre de 20%, entre 2008 et 2012. Une dynamique qui profite notamment aux secteurs du bâtiment et des services.

darwinPar ailleurs, de multiples chantiers structurants s’apprêtent à considérablement élargir l’offre commerciale et artisanale de la ville dans les prochaines années : 25 000 m2 de commerces programmés à Bastide-Niel et Bastide-Brazza, 30 000 m² à Ginko et 60 000 m² dans le futur quartier Bordeaux-Euratlantique, aménagés autour de la gare TGV et rive droite.

Depuis 2006, La Ronde des Quartiers de Bordeaux, plus grande association de commerçants de France avec un budget d’1 million d’euros et près de 800 adhérents représentant plus de 1 300 magasins, fédère l’ensemble des commerçants et artisans de la ville. Soit plus de 4 000 activités commerciales et de services.
Sa mission : valoriser le commerce de proximité et favoriser la convivialité intra et inter-quartiers.

Tertiaire de services

La métropole bordelaise est devenue une place tertiaire de référence, notamment dans les domaines bancaires et services informatiques. Ce développement se poursuit et s’intensifie avec le projet Bordeaux Euratlantique, porteur de nouvelles ambitions pour le territoire.

 Avec 34 000 établissements, 195 000 emplois salariés et 6 milliards d'euros de valeur ajoutée, le secteur des services connaît un fort développement, alimenté par les mouvements d'externalisation des grands donneurs d'ordre de la région - électronique, construction aéronautique, et industrie papetière.

Les activités de conseil et d'assistance, avec 40 000 emplois, sont très représentées. Notamment dans les centres de services de SSII (sociétés de services en ingénierie informatique) nationales et internationales telles Atos Origin, Unilog ou Bull, et les centres d’appel (Ecureuil Assurances IARD, LaSer Contact…), qui emploient plus de 7000 personnes. 5ème métropole française pour les emplois supérieurs, l’agglomération bordelaise accueille les sièges des banques régionales et des directions inter-régionales de grandes banques nationales et internationales, ainsi que de nombreuses banques d’affaires. Avec 26 000 emplois dans le secteur, Bordeaux est la quatrième place bancaire et de courtage de France.

La mise en service, en 2016, de la ligne TGV Paris-Bordeaux avec sa double prolongation vers Bilbao et Toulouse en 2020, ainsi que la vaste opération d'aménagement Bordeaux-Euratlantique qui s’étalera des abords de la gare Saint Jean jusqu’aux communes de Bègles et Floirac, viendra bientôt renforcer ce bel essor du tertiaire. Outre un important gisement foncier, mobilisable à court, moyen et long termes, ce vaste territoire à cheval sur les deux rives de la Garonne génèrera en effet 500 000m2 de bureaux, répartis de façon équilibrée parmi commerces et équipements publics.

Avec plus de 20 millions de voyageurs attendus, l’arrivée de la LGV Sud-Europe Atlantique constitue une ligne d’horizon majeure pour la genèse du centre d’Affaires international Bordeaux Euratlantique et pour l’avenir de l’agglomération toute entière. Bordeaux se trouvera alors à 2h00 de Paris, et la métropole bordelaise, à l’épicentre d’un territoire au formidable potentiel économique sur l’axe Paris/Toulouse/Bilbao, et à terme, Madrid : une source d’attractivité supplémentaire pour la métropole bordelaise qui, classée au 39ème rang des villes européennes, revendique l’ambition de se hisser dans le Top 20.

Bâtiment et travaux publics

La filière BTP se trouve au coeur des enjeux liés au développement de la ville intelligente, durable et conviviale que dessinent les nombreux projets structurants lancés sur le sol bordelais. L’attractivité territoriale entraine par ailleurs une importante croissance de l’habitat individuel et des résidences de tourisme. Leader dans l’ossature bois, la région Aquitaine se classe aujourd’hui 2ème dans la construction de Haute Qualité Environnementale (HQE). Les bâtiments conçus depuis 2008, aux normes BBC (50 kwh/m2/an), sont désormais tous « à énergie positive ».

La LGV, l’opération campus, le futur centre d’Affaires Bordeaux Euratlantique, les écoquartiers, les grandes opérations de réhabilitation, ou encore les 50 000 logements qui permettront de répondre au flux de l’élan démographique et des quelque 100 000 nouveaux arrivants attendus d’ici 2030, sont autant de défis et d’opportunités qui rejaillissent sur l’ensemble des branches professionnelles investies dans la construction. Une vitalité qui génère environ 6,7 milliards d’€ de chiffre d’affaires, implique 22 000 entreprises, et 70 000 salariés.

Les 4 millions de m² constructibles au sein même de la commune, et donc au coeur de l’agglomération, constituent un précieux moteur économique pour les métiers de la ville, avec plus de 10 000 emplois salariés concernés intra muros, depuis la conception urbaine et architecturale jusqu’à la maintenance des bâtiments, en passant par la construction et la commercialisation. Véritable socle économique,
cette filière à la fois créative, innovante et technique embrasse un large éventail de talents, de compétences, de niveaux de formations pour l’emploi du plus grand nombre. Une filière extrêmement réactive qui a produit au bas mot une création d’entreprise sur cinq en 2011 à Bordeaux. C’est pour mieux accueillir les jeunes projets économiques et susciter l’entrepreneuriat parmi les étudiants en architecture, urbanisme, design ou ingénierie, que la ville de Bordeaux porte un projet de pépinière des métiers de la ville. Il est en cours de définition avec les représentants de la filière pour favoriser la création d’entreprises et d’emploi avec pour lignes de force la place dédiée à l’artisanat en ville et l’invention de nouvelles formes d’intégration de l’industrie urbaine dans les nouveaux quartiers.

Numérique

A l’horizon 2015, le numérique constituera ¼ du PIB national et l’un des principaux gisements d’emplois.

Plus de 300 entreprises implantées sur le sol bordelais travaillent exclusivement dans le domaine du numérique, et 500 de plus en font un des piliers de leur activité, ce qui représente une hausse de 14% sur la dernière décennie. Elles excellent aussi bien dans les nouveaux outils au service de la conception et de la productivité, les marketings digitaux, l’ecommerce, l'intelligence du Web ou l’e-éducation, et se taillent une place de leader mondial dans le jeu vidéo ou la réalité augmentée.

Avec 3 700 entreprises, 23 000 emplois, et des équipes de recherche regroupant 1 000 scientifiques, Bordeaux et sa région occupent le devant de la scène dans le secteur des TIC (Technologies de l'information et de la communication) : première dans l’informatique de santé, 3ème pour les activités de centres d’appels, services télécom et services informatiques télécommunications, 4ème pour la création d’entreprises dans le numérique... Le monde de la recherche est également très présent dans le domaine du numérique, par des laboratoires et centre de recherche reconnus (INRIA, LABRI, Ecole nationale de Cognitique).

Ville dense et cité de croissance digitale, Bordeaux aspire à l’être plus encore, en conjuguant dans l'harmonie et le confort, au sein d’une agglomération millionnaire, accroissement démographique et progression de l’emploi. Dans la réalisation de ce pari, les pôles digitaux jouent un rôle déterminant en créant des conditions favorables à l’émergence et à l’installation des entreprises.

pepiniere eco creativeAvec sa pépinière créative, ses nombreuses écoles, ses startups et son Campus, le quartier des Chartrons s’est discrètement imposé comme un point brûlant de l’innovation numérique de toute la Ville. Une effervescence qui gagne peu à peu le secteur voisin des Bassins à flot, en passe d’abriter un nouveau centre de rayonnement digital. Les technopôles de Pessac Bordeaux Unitec et Mérignac (Bordeaux Technowest), et le développement d’une Cité numérique à Bègles, sur le territoire du projet Euratlantique, témoignent de la réalité d’un maillage du territoire et de la densité des centres de création de valeur par le numérique.

Simultanément, de l’autre côté de la Garonne, l’écosystème Darwin mixe avec succès un pôle d’économie créative, un « cluster » dédié à l’économie verte et un lieu de commerces responsables. Une pépinière consacrée aux métiers de l'économie verte et du développement durable, Le Campement, y a ouvert ses portes en février 2014.

La déferlante numérique est relayée par un enseignement supérieur de pointe, une profusion d’événements dédiés tels que la Semaine Digitale, Creative Tuesday, Metro’num, Happynums, Start up week ends, ou Destinées numériques, et de nombreuses associations de professionnels dynamiques (ADEISO, Aquinum, CLUSIR Aquitaine, ProLibre, SYRPIN, TIC & Santé, Topos) rassemblées autour
de l’Alliance numérique.

Économie sociale et solidaire

Comme pour le développement durable dont elle est indissociable, Bordeaux ouvre son territoire aux initiatives, innovations, expérimentations de l’économie sociale et solidaire.
Coopératives, associations, mutuelles, AMAP, coopèrent en ce sens avec les structures municipales.

En progression de plus de 3% par an, le secteur représente deux mille établissements et 28 000 emplois dans l’agglomération, dont la moitié à Bordeaux où l’ESS représente 14% des emplois. L’ensemble de l’entrepreneuriat solidaire, qui s’est révélé comme l’une des filières les plus dynamiques durant la décennie écoulée, a contribué pour une grande part au développement des services à la personne, des services de santé, de l’innovation sociale, culturelle et environnementale, un vaste champ de 46 000 emplois dans la métropole et 20 000 à Bordeaux.

La ville encourage la ‘consom'action’ locale et équitable y compris dans ses achats publics, accompagne entreprises et commerçants dans leurs démarches vers l'éco-responsabilité, soutient la formation et les métiers du développement durable, et incite les entreprises bordelaises à jouer le jeu de l’insertion.  A l’image de l’écoquartier Ginko, reconnu par le ministère de l’Écologie et du développement durable comme l’un des plus exemplaires de France, dont la construction intègre toutes les thématiques du développement durable, y compris la dimension sociale liée à la clause d’insertion.

Pour optimiser la structuration de ce foisonnement d’initiatives, la Ville entretient une relation de proximité avec les acteurs du territoire, forces de propositions et d’animation.

Une coopération qui se donne pour objectif de favoriser l’innovation sociale et d’accompagner des projets solidaires qui couvrent les champs de la collecte et du recyclage (Atelier d'éco solidaire, elise, le relais, les services urbains à la personne), la mutualisation de moyens dans l’économie créative (pola, feppia, le rama...) mais aussi l’accompagnement à la création d’entreprises (Maison Initiative Entrepreneuriat, BGE Bordeaux, coopalpha) et son financement pour les créateurs exclus du système bancaire avec des solutions de micro crédit solidaire (csdlAdie, Initiative Gironde ).

Ces dispositifs d’accompagnement et de financement ont permis la création de 400 entreprises en 2011 dans l’agglomération.

Ils sont complétés par la mesure 4-2-3 du Fonds social européen (FSE) soutenu par la Ville de Bordeaux, un instrument financier qui permet de subventionner la mise en route d’initiatives relevant du champ de l’économie sociale et solidaire (aquitaine active).