Formulaire de recherche

Osez Bordeaux
fr | en

Ville de patrimoine et d’histoire

patrimoine et histoire

Alors appelée Burdigala, la cité se distingue à l’époque romaine comme emporium, c'est-à-dire comptoir de commerce, mais rayonne également comme vivier intellectuel et artistique. En 70 ap. J.-C., l’empereur Vespasien en fait la capitale de l’Aquitaine.

En 1154, l’accession au trône d’Angleterre d’Henri Plantagenêt, époux d’Aliénor d’Aquitaine, décuple la puissance territoriale de la région bordelaise, marquée par un négoce intensif du vin avec l’outre-Manche. Attirés par le commerce fluvial, de nouveaux habitants issus des campagnes surpeuplées viennent s’installer en ville.

Au XIIIème siècle, une deuxième puis une troisième enceinte sont construites pour agrandir le périmètre urbain. Au XVIIIème, Bordeaux connaît un véritable âge d’or, qui suit les courbes florissantes de son commerce maritime, avec les Antilles notamment : elle est alors le premier port du royaume, et le deuxième port du monde après Londres.

Sous l’impulsion des grands intendants, dont le célèbre marquis de Tourny, la ville acquiert sa physionomie classique : embellissement des quais, création de jardins publics, et prouesses architecturales tels le Grand-Théâtre de Victor Louis ou la place Royale - aujourd’hui place de la Bourse, face au miroir d’eau - transfigurent le paysage urbain.

Au XIXème, la présence accrue des négociants anglais, flamands et irlandais, et l’intensité des activités industrialo-portuaires inscrivent dans le tissu bordelais de profondes mutations, qui s’accélèrent au siècle suivant : déploiement des chantiers navals, de l’habitat individuel sous forme d’échoppes, transformation de la voirie...

Dans les années 60, l’industrie aéronautique, spatiale et de défense, l’électronique et l’informatique, la pétrochimie et l’industrie pharmaceutique, installées en périphérie, complètent avec le vin le paysage économique bordelais. Tandis que le coeur de la ville s’assoupit lentement sur les friches de son passé marchand, valant à Bordeaux le surnom de «Belle endormie».

En 1997 l’enlèvement des grilles qui séparaient en centre ville les quais du port autonome - devenu en 2008 Grand Port Maritime - signe le début d'une vaste reconquête.

Bordeaux, patrimoine mondial de l’Unesco

En 2007, la réhabilitation de son coeur historique entamée dix ans plus tôt, vaut à Bordeaux d’être classée au patrimoine mondial de l’Unesco pour un périmètre urbain de 1810 hectares, soit près de la moitié de la ville.

Pont de nuitUne première concernant une zone si vaste et si complexe, où s’inscrit notamment l’audacieuse construction du pont Jacques Chaban-Delmas, menée à bien en 2012, et mise en service en mars 2013. Par-delà le flamboyant décor des façades XVIIIème, le comité Unesco salue ainsi une ligne de conduite urbaine capable de répondre dans un même élan aux exigences du patrimoine historique et aux attentes de la métropole millionnaire de demain.

En 2009, Bordeaux est distinguée par le label national Ville d’Art et d’Histoire : décerné par le ministère de la Culture et de la Communication, il consacre tout à la fois les villes dotées d’un riche héritage patrimonial, et d’une politique d’animation et de sensibilisation propre à lui donner un second souffle.