5 champions de la french tech Bordeaux

champions French tech-BordeauxLabellisée l’année dernière French Tech, Bordeaux compte des start-up très prometteuses dans divers domaines, allant de la consommation collaborative à la production moléculaire. 5 d’entre elles sont mises en lumière par le journal le monde dans l’article “Cinq champions de la French Tech Bordeaux “.

La consommation collaborative, très en vogue actuellement, a inspiré deux start-up qui ont vu depuis leur activité exploser.
La première a imaginé jelouemoncampingcar.com, un site de mise en location de camping-car entre particuliers. La start-up créée en 2012 à Bordeaux, a dépassé les 30 000 utilisateurs et souhaite désormais développer son activité à l’étranger. La deuxième, Demooz a été récompensée pour ses initiatives de consommation collaborative en créant un site mettant en relation les utilisateurs d’un même produit. Ainsi, ils peuvent tester sur demande un produit high-tech avant de l’acheter. Cette nouvelle start-up créée il y a tout juste un an connaît déjà un franc succès avec plus de 2 000 utilisateurs.

La start-up bordelaise Azendoo, a quant à elle imaginé une plateforme d’échanges de données en ligne, pour simplifier le partage de documents entre collègues. En faisant le pari de s’émanciper des correspondances par email au sein d’une entreprise et par conséquent de fluidifier le travail en équipe, Azendoo a su conquérir 300 000 utilisateurs en France et à l’étranger.

JobiJoba, moteur de recherche pour l’emploi a également connu un succès international en déclinant son site dans 11 pays. Cette plateforme dotée d’un algorithme, propose à des demandeurs d’emplois des offres correspondant à leurs compétences. Réunissant aujourd’hui environ 4,5 millions d’utilisateurs par mois dans le monde, la stat-up bénéficie d’une renommée bien au-delà de Bordeaux, sa ville d’origine.

Enfin, Fermentalg a su s’imposer dans le domaine de la production moléculaire. Cotée en Bourse à Paris, la start-up lutte contre la raréfaction de denrées (poisson, pétrole) en développant un système de production alternative des molécules d’Oméga 3. Ainsi cette technologie de bio-production à partir de micro-algues a un avenir certain dans le marché de la nutrition mais aussi, à long terme dans la production de biocarburants.

Pour aller plus loin :